Tapez votre recherche

    Rencontre #2 : Un peu de gaîté pour le déjeuner

    Sociétaire de la Mutuelle de Poitiers Assurances, Émilie Cousin gère, avec son mari Nicolas Jaurèguy, l’entreprise Cousin traiteur à Puilboreau, près de La Rochelle. Forte d’un esprit de partage et d’entraide, elle s’est naturellement lancée dans la réalisation d’une opération de solidarité auprès du personnel de l’hôpital de La Rochelle, en pleine crise du Covid-19. Objectif : livrer des repas aux soignants pour leur offrir un peu de gaîté pour le déjeuner.

    Pourquoi l'entreprise Cousin traiteur s'est-elle mobilisée pour cette opération de solidarité avec l'Hôpital de La Rochelle ? 

    Émilie Cousin : Depuis le 15 mars dernier, nous sommes fermés. L’ensemble de nos salariés sont au chômage technique. Cultiver un esprit de partage et d’entraide fait partie de nos valeurs. Avec mon mari, nous gérons parallèlement 2 clubs services, le Rotary Club et le Ladies Circle de Châtelaillon-Plage. L’un de nos fournisseurs nous a sollicités pour réaliser à ses côtés cette opération. Nous avons voulu participer avec nos moyens afin de mettre un peu de gaîté dans les assiettes des soignants le temps d’un repas.


    Présentez-nous votre action !

    E.C. : La veille nous avons confectionné 150 repas. Nos fournisseurs nous ont offert les matières premières. Notre chef de cuisine s’est également mobilisé avec l’aide des bénévoles de nos clubs services en tant que commis de cuisine. Les membres de nos clubs ont toujours eu l’habitude de s’entraider les uns avec les autres.

     

     


    D'où vient cette idée d'action ? 

    E. C. : L’entreprise Cousin traiteur possède 2 antennes, à Poitiers et La Rochelle. Notre antenne poitevine a déjà réalisé cette opération le 27 mars dernier en réalisant plus de 500 repas pour le CHU de Poitiers. En plus de notre équipe, quinze cuisiniers, traiteurs et pâtissiers ont participé à l'opération. C’est donc tout naturellement que nous avons souhaité réaliser la même opération auprès du personnel soignant de La Rochelle.

    Nous pensons qu’il est essentiel d’aider à notre manière les personnes qui sont en première ligne face à cette épidémie.

    En quoi est-ce le rôle d'une entreprise de se mobiliser ainsi ? 

    E. C. : Le rôle de chef d’entreprise est difficile en ce moment. Depuis que nous avons mis l’ensemble de nos salariés au chômage technique, nous devons gérer l’entreprise seuls. Mais nous pensons qu’il est essentiel d’aider à notre manière les personnes qui sont en première ligne face à cette épidémie. Nous voulons continuer à faire ce que l’on aime tout en aidant le personnel soignant. C’est une manière pour nous de mettre une petite pierre à l’édifice, en donnant du plaisir aux personnes qui sont au front tous les jours. Car dans notre malheur, en tant que chefs d’entreprise, nous sommes en sécurité chez nous. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
     

    Comment avez-vous géré l'organisation de cet évènement ? 

    E. C. : Assez simplement ! Nos fournisseurs ne voulaient pas gaspiller leurs marchandises. Nous disposions également de produits avec des dates de péremption qui allaient être dépassées. Nous avons donc évalué les stocks afin d’élaborer les plateaux-repas. Par la suite, nous avons évalué la main-d’œuvre nécessaire et avons trouvé des bénévoles. On a même dû refuser du monde, car en termes de sécurité c’était compliqué. Compte tenu du nombre de demandes de participation, nous allons renouveler cette action la semaine prochaine auprès notamment du personnel de la blanchisserie de l’hôpital de La Rochelle.